Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !

Dans Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !, essai de près de 120 pages publié aux éditions iXe, Éliane Viennot nous raconte les différentes étapes de la masculinisation de la langue française depuis le XVIIe siècle, avec ce but d’entretenir les rapports de forces entre les hommes et les femmes.

La première partie de cet essai est très historique et revient sur l’histoire de France, sur les rois successifs et le rôle des reines, des filles ou des mères de rois. Jusqu’à la fin du XVIe siècle, on s’interrogeait uniquement sur la place des femmes dans les questions politiques : il est alors question de la transmission du trône, la loi salique, etc. On évoque ensuite le monopole du clergé dans les lieux de savoir, dans les universités réservées aux hommes chrétiens, mais aussi le rôle de celui-ci dans ce que l’on appelle « la vitupération des femmes » avec la production de textes misogynes. On revient également les changements induits par l’invention de l’imprimerie, la « querelle des femmes »…

Mais l’apparition d’autrices célèbres, qui obtiennent un grand succès par leurs ouvrages, à l’instar de Marguerite de Navarre qui encouragea les femmes à suivre son exemple et à publier leurs écrits, changea la donne. La lutte contre l’égalité des sexes devint également linguistique.

Dans la suite de son livre, Éliane Viennot s’attache à présenter les anciens usages de la langue et à expliquer les évolutions, les combats liés à différentes catégories grammaticales de mots. Sont ainsi successivement évoqués les noms de métiers et des fonctions, les accords, les pronoms et les noms d’êtres inanimés. Un chapitre est également réservé aux messages subliminaux dissimulés dans certains discours ou choix d’exemples qui permettent d’asseoir la supériorité des hommes sur les femmes.

C’était vraiment une lecture très intéressante. Outre le fait que les transformations de la langue ont souvent été fait en dépit du bon sens, j’ai été surprise de la résistance à laquelle s’est heurtée cette masculinisation de la langue, résistance qui puise ses forces dans les usages de parole des Français-es. Quand on a toujours appliqué la règle de proximité, quand les noms de métiers ou de fonction ont toujours eu un masculin et un féminin en fonction du sexe de la personne, difficile de changer ses habitudes et de tout mettre au masculin en défiant toute logique. Ce fut donc une bataille de longue haleine qui s’est déroulée sur plusieurs siècles et c’est finalement l’école républicaine qui a permis l’acceptation de ces nouvelles règles.

Ensuite, cet ouvrage apporte des solutions pour re-féminiser la langue française. On s’interroge, on se demande comment faire pour les noms de métiers ou de fonctions par exemple. Mais il suffit de regarder en arrière, de retrouver les usages que l’on avait encore il n’y a pas si longtemps parfois : on peut les adapter à notre temps, mais l’histoire de la langue fournit des pistes.

Eliane Viennot est très claire et ne perd jamais son lecteur. Pourtant, même si j’aime lire, parler de livres, je n’ai jamais été une passionnée des cours de français, des catégories grammaticales et de ce genre de choses. Mais c’est ici très bien écrit, avec une pointe d’humour de temps en temps. Dans chaque catégorie, les exemples sont nombreux, ce qui est toujours plus agréable (c’était d’ailleurs une de mes attentes). Nous trouvons également plusieurs citations d’hommes de lettres et de linguistes, souvent révoltantes tant elles rabaissent les femmes.

Comme beaucoup de monde – comme quasiment tout le monde –, j’utilise ces règles parce qu’on les a bien ancrées dans ma cervelle. Je tente de féminiser autant que je peux les noms de métiers, j’utilise des systèmes du genre étudiant-es (mais je suis sûre que je dois oublier de le faire parfois). Mais il faut que nous pensions toustes (pour reprendre le néologisme belge utilisé par Éliane Viennot à la fin de Non, le féminin ne l’emporte pas sur le masculin) que les règles apprises à l’école ne sont pas logiques et qu’elles contribuent à rendre invisible la moitié de la population. Chacun à notre manière, nous pouvons contribuer à changer cela.

On nous enseigne le français, mais non son histoire. C’est là une erreur que corrige cet ouvrage passionnant qui pousse à la réflexion et qui nous donne envie – et les moyens – de lutter contre cette masculinisation systématique de la langue.

Lire la chronique sur le blog de L’Ourse bibliophile

Lire quelques pages de l’ouvrage sur le site des Éditions iXe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s