Loin de chez moi, mais jusqu’où ?…

Didier Epsztajn a lu, et ça lui a plu : « Pinar Selek développe une remarquable analyse de cet entre deux qu’est l’exil, cette blessure en/de soi. Elle le fait avec une humanité rare et un vrai talent littéraire. C’est un récit en chaud et froid, chatoyant de mille couleurs. Un très beau petit ouvrage. »

Lire la suite : https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/07/18/mon-regard-porte-desormais-plus-loin/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s